2- Les "Dabblers"

Les satanistes théistes ne sont pas les seules responsables des déviances du satanisme. En effet il existe une autre catégorie de satanistes, ni vraiment théistes ni vraiment Laveyens, responsables de bien des déviances.

En effet les profanations de cimetières et les suicides se multiplient ces dernières années. Les individus coupables de ces méfais et se revendiquant satanistes ne respectent pas ou ignorent totalement les règles établies par Lavey. Les satanistes de l'Eglise de Satan ont attribués un nom, extrêmement péjoratif, à ces individus se disant satanistes sans vraiment l'être. Ceux-ci les appellent "Dabbler". Ce mot anglais se traduit en français par l'adjectif "dilettante". La définition de cet adjectif est la suivante : "Qualifie une personne qui n'envisage toute chose que d'un point de vue du plaisir esthétique avec un certain scepticisme générale". Ce nom, "dabbler", désigne donc tous les individus se revendiquant satanistes mais ayant une idéologie très basique et qui n'utilisent Satan que pour choquer, déplaire; ceux-ci ne connaissent pas les réels principes du satanisme ou du moins ne les appliquent pas, ou les appliquent mal. Ils n'ont donc pas grand chose à voir avec les "vrai" satanistes : les satanistes de l'Eglise de Satan, et les autre satanistes modernes respectant les idées de Lavey. Ces dabblers sont d'ailleurs dans certains cas plus proches des idées du satanisme théiste que du satanisme moderne. Ils sont dans une très grande majorité des cas des moins de 21 ans, souvent des adolescent mals dans leur peau et justement parfois sous l'influence de sectes de théistes.


A- Qui sont ces jeunes et pourquoi sont-ils tant attirés par le satanisme ?

Très souvent cet engouement pour le satanisme vient d'une curiosité pour l'occulte. En effet, de nos jours les jeunes y sont fortement prédisposés avec une culture imprégnée de magie, de démons, de sorcière etc... (cinéma, musique, jeux vidéo, littérature...). Le satanisme peut être une réelle aventure pour des jeunes en quête d'identité. Ceux-ci sont souvent attirés par le côté excitant de l'imprévisible, de l'occultisme. Ces jeunes satanistes sont très souvent des jeunes, exclus socialement, et ayant reçus une éducation chrétienne. Souvent en quête d'identité, mal dans leur peau, ils affichent leur haine envers la religion chrétienne en utilisant les symboles des satanistes. Habits sombres, croix renversées en pendentif, t-shirts représentant un Baphomet font partis de "l'attirail" de ces jeunes. En effet, si la culture satanique est tant appréciée par ces adolescents c'est en grande partie car celle-ci est une contre-culture, cela représente la rébellion contre l'éducation chrétienne qu'ils ont reçus, c'est souvent lors d'une crise d'adolescence qu'un jeune va vouloir se démarquer de ses parents, transgresser les lois établies par ces derniers. Cela n'est pas un hasard si l'un des pays le plus touché par le satanisme est l'Italie, l'une des villes les plus chrétiennes au monde. Beaucoup d'entre eux cherchent à se rebeller, à se distinguer des autres, certains choisiront le néo-nazisme et d'autre opteront pour le satanisme qui est souvent plus facile à assumer. Mais dans beaucoup de cas, les jeunes sataniques possèdent toutefois des opinions politiques d'extrêmes droites, et souvent  proches du néo-nazisme comme nous l'évoquerons plus précisément dans une future partie...

B- Quels sont les risques pour ces jeunes satanistes ?

Les risques sont nombreux, tout d'abord le satanisme chez un jeune peut provoquer des troubles du comportement, dans un premier temps une asociabilité, parfois même une schizophrénie et dans un second temps, dans certains cas extrêmes, des tendances suicidaires. Les suicides liés de près ou de loin au satanisme ne cessent d'augmenter en France, près de 5% des suicides des moins de 21 ans seraient lié au satanisme, soit une centaine d'après la MIVILUDE. On se souvient notamment du suicide collectif de deux jeunes lycéennes ayant sauter du haut de leur immeuble sur ordre du diable en 2005.

Les autres risques sont ceux liés à la délinquance. En effet les vandalisations de cimetière sont de plus en plus nombreuses, ces jeunes souvent sous l'influence de sectes ou d'individus tiers ne se rendent que rarement compte des délits qu'ils commettent. Une partie d'entre eux sont par ailleurs diagnostiqués comme possédant des troubles mentaux. Crucifix renversés ou brisés, pentagrammes et 666 taggés, sépulture détruites... les profanations de cimetières prennent de nombreuses formes. Ces profanations sont de plus en plus fréquentes dans le Nord de la France, le secrétariat de la confrérie des évêques de France en compte une centaine chaque année dont une petite partie serait liée au satanisme. Plusieurs affaires marquèrent particulièrement les français, comme celle qui eut lieu en 1997 à Toulon. Cette nuit là les vandales ne se sont pas arrêter à la destruction de sépultures, en effet ceux-ci ont déterrés un cadavre et lui on enfoncé un crucifix renversé dans le cœur. Les profanations peuvent aussi prendre d'autres formes, ces satanistes s'en prennent parfois aux églises en les incendiant, comme en février 2006, où deux bretons avaient brulés une chapelle classée monument historique. Ces deux individus étaient d'après l'enquête de jeunes satanistes.

Deux cent quarante-six tombes vandalisées dans le cimetière d'Elne, dans le sud des Pyrénées-Orientales en juin 2008

onze tombes profanées en avril 2009 dans les Alpes de Haute Provences

Mais dans certains cas, cette délinquance bascule dans la criminalité. En effet une affaire fît beaucoup parler d'elle en 1996, et lors du procès du prévenu en 2001. Cette affaire est « l'affaire Oberdorf ». David Oberdorf avait 18 ans au moment des faits, il se revendiquai sataniste et était aussi sous l'emprise d'un pseudo gourou membre d'une secte satanique du Nord Est de la France. Lors d'une nuit d'avril, David Oberdorf poignarda à trente-trois reprises un prêtre sur ordre de son gourou. Oberdorf fût condamné à vingt ans de réclusion criminelle.

Bien que les déviances liées au satanisme chez les jeunes restent des cas marginales, celles-ci existent belles et bien. Le satanisme peut donc bien représenter un danger pour ces jeunes. Attention toutefois à ne pas faire de stéréotypes, tout les adolescent satanistes ne sont pas des dabblers, certains adolescents pratiquent le satanisme sans pour autant détruire des sépultures, ou encore nourrir des idées nazies ou suicidaires, certains de ces jeunes vivent très bien le satanisme, rappelons nous de Valentin dans la partie précédente de cet exposé. Une grande partie d'entre eux laisseront le satanisme de coté une fois sortis de l'adolescence et passeront à autre chose.

 

C- Comment tomber dans le piège du satanisme ?


Une grande partie des jeunes satanistes le sont devenus par le biais d'intermédiaires. En effet ces jeunes ont très souvent étés endoctrinés par des individus, membres de sectes et se revendiquant satanistes. Le piège le plus commun utilisé par ces individus pour rallier des jeunes à leur cause est Internet. En effet, de nombreux sites aux idées extrêmes existent sur le net. La MIVILUDE indique dans son rapport de 2007 : "Sur Internet, le satanisme tisse sa toile". Depuis le développement d'Internet, les affaires en rapport avec le satanisme se seraient fortement multipliées. Il existe d'autre piège dans lequel un jeune peut aisément tomber, le simple fait de lire la Bible Satanique peut faire adhérer un adolescent aux idées d'Anton Lavey, idées qui peuvent  être mal interprétées ou mal vécues par l'adolescent en question.

En effet ce livre publié pour la première fois en France en 2006 est maintenant disponible dans toutes les librairies telles que Forum, Virgin, Fnac ect... Lavey et les membres de l'Eglise de Satan affirment que toutes référence à la violence dans la Bible Satanique doit passer par un rituel qu'ils appellent rituels de destruction, le satanisme ne doit pas détruire son ennemi physiquement, mais mentalement, spirituellement. Or, dans la bible de Lavey on trouve des phrases faisant référence a la violence, voici un exemple, Lavey explique à ce moment du texte comment provoquer la destruction d'un ennemi : "un discours détaillé adressé à la victime décrivant ses tourments, mutilations, injures, déclenchements de douleurs ou de maladies ". Dans cet extrait Lavey parle bien sûr d'un rituel satanique, d'où le terme "déclenchements de douleurs ou de maladies", mais pour un jeune mal informé prenant les écrits de Lavey au pied de la lettre ceci est un véritable appel à la violence. De plus dans son ouvrage Lavey écrit qu'un bon sataniste n'a pas peur de la mort, encore une fois ces écrits peuvent être mal interprétés, cela peut en partie justifier les nombres assez importants de suicides lié au satanisme chez les jeunes.

Certains jeunes peuvent tomber progressivement dans le satanisme par le biais d'une culture bien particulière : celle du gothisme. Le gothisme est  une sous culture apparue dans les années 70 ,issue de la culture "punk" et "new wave". Les gothiques puisent leur inspiration dans le cinéma expressionniste (type de cinéma développé en Allemange dans les années 20), et surtout de la littérature romantique en particulier dans le "romantisme noir". Il est important de ne pas confondre gothisme et satanisme, cet amalgame a souvent crée polémique car le gothisme n'est pas relié à une religion, ce qui n'empêche pas certains gothiques de se proclamer catholiques ou satanistes. Mais si le satanisme est si confondu avec le gothisme c'est a cause du style vestimentaire de ces deux sous-culture. En effet, les gothiques, comme certains satanistes, cherchent à choquer, déplaire, se distinguer. Ils s'enferment alors dans un univers morbide et rebel et en retirent des symboles. Cela se caractérise par une tenue sombre, bien souvent accompagnée de symboles satanistes. La frontière entre satanisme et gothisme est tout de même facilement franchissable. Un jeune gothique fasciné par la mort et par le personnage du diable est plus disposé à tomber dans le satanisme qu'un autre adolescent.

Une jeune gothique portant une robe à caractère romantique bien spécifique au gothisme

 

 

 

Une autre porte d'entrée au satanisme et qui n'est pas des moindres est celle de la musique métal. Cet univers est parfois, lui aussi, source de déviance comme nous l'évoquerons dans la prochaine partie de cet exposé.

 

3 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Commentaires (1)

1. Onésime Kb 29/12/2012

Bonjour l'Ecrivain, je suis parfaitement d'accord avec tout ce que vous dites et j'en ai bcp appris. Pouvez-vous écrire encore d'autres parties de cette léçon? J'en ai vraiment envi. Merci.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×