5- Portraits de satanistes

Voici deux interviews de satanistes français interrogés par le magazine Phosphore, que nous avons retranscris, cela permet de se faire une idée de la mentalité que peut avoir un sataniste.

Le premier de ces satanistes s'appelle Nikki, il a 34 ans et se proclame sataniste depuis deux ans. Il possède une tenue satanique : une croix renversée en pendentif ,ainsi qu'un t-shirt représentant un bouc satanique dans un pentagramme inversé, le même symbole est tatoué sur son torse (cela montre bien l'importance qu'accordent les satanistes aux symboles). Ses motifs principaux ? "Dénoncer l'hypocrisie des messages chrétiens qui prônent l'amour du prochain et multiplient les intolérances". Pour lui "le monde du mal est celui dans lequel nous vivons". En plus de sa dévotion pour le satanisme, Nikki est aussi un amateur de littérature fantastique et de littérature noire. Il pratique aussi de temps à autres des rites occultes dans le but de "tenter d'influencer les évènements qui le concernent". Nikki s'est formé une ligne de conduite à respecter : " fais ce qu'il te plait, mais assumes". Nikki avoue qu'il fait ça dans son coin sans déranger son entourage, il s'autorise juste à prévenir ses proches de la possibilité de se faire débaptiser. Nikki est un ancien militant d'extrême gauche et rejette tout naturellement toute affiliation à l'extrême droite.

Intéressons-nous désormais à un jeune sataniste de 15 ans, Valentin. Il est tombé dans le satanisme en écoutant Marilyn Manson, célèbre chanteur sataniste. Ce jeune adolescent arbore le même look que son idole : bracelets de force, chaines en tout genre, bottes noires à férailles, pentagramme renversé autour du cou. Pour Valentin le véritable but du satanisme est de vénérer la "nature mère de toute chose". Il dénonce avec ferveur l'attitude de certains satanistes "pouvant se révéler cruels et dont les rituels sont très choquants". Tout comme Nikki, Valentin refuse toute affiliation aux idées d'extrême droite, il dit même éviter certains concerts "de crainte de tomber sur des nazis". Il se dit "écolo", n'a pas peur de la mort, mais n'est pas particulièrement attiré par celle-ci. Il avoue qu'il lui arrive de se scarifier "dans les moments où je ne vais pas bien, cela me libère, quand je suis en colère je grave un C sur mes avants-bras et un T quand je suis triste". Il rajoute tout de même "ce n'est pas très dangereux, je ne touche pas aux veines".


Ces deux témoignage sont des témoignages considérés comme provenant de "vrais" satanistes, respectant les règles de la Bible Satanique. Pourtant, comme l'évoque Valentin, tous les satanistes ne possèdent pas le même état d'esprit que ces deux-ci, tous ne respectent pas les règles d'Anton Lavey. C'est ce que nous étudierons dans la seconde partie de cet exposé.

19 votes. Moyenne 2.68 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site