1- Satan et le Satanisme

Avant de parler du satanisme d'aujourd'hui il est important de parler de l'histoire de Satan et du satanisme afin de mieux comprendre le satanisme de nos jours, ses rites, ses revendications etc...

Fichier:GustaveDoreParadiseLostSatanProfile.jpg

Gravure de Gustave Doré représentant Satan, XIXème siècle



A- Le concept du diable

Le nom Satan vient des esclaves juifs de Babylon d'avant l'âge chrétien, ils utilisaient ce mot (qui était un mot courant) pour qualifier quelqu'un d'adversaire, de coupable, de corrupteur... Il sera ensuite repris dans les tribunaux Babyloniens pour qualifier l'accusé. Il deviendra un nom propre quand il sera évoqué dans la Bible comme l'ennemi de Dieu.

Pratiquement chaque peuple et chaque religion possède son diable. Il est tout d'abord Satan chez les chrétiens et les juifs, Iblis chez les musulmans (il est considéré comme le seul ange ayant refusé de se prosterner devant Allah). Chez les philistins (ancien peuple du moyen Orient) il est représenté comme étant le dieu des mouches sous le nom de Belzébuth, ce nom sera repris plus tard par les chrétiens pour qualifier l'un des démons de Satan. Il sera aussi Ham Shatan chez les premiers hébreux, Ahriman chez les Perses, Méphistos dans la légende de Faust et Marah chez les bouddhistes. Il est aussi très souvent associé a Lucifer, le porteur de lumière ayant été chassé du royaume de Dieu pour s'être rebellé contre lui. D'après les croyances judéo-chrétiennes, Lucifer serait un ange qui aurait voulu devenir plus intelligent que Dieu, celui-ci l'aurait donc chassé du paradis. Satan quand à lui serait un fils de Dieu qui aurait tenté de se rebeller contre lui. Il aurait aussi été chassé du paradis et serait devenu le roi des démons et de l'enfer.

Satan possède aussi de très nombreux surnoms comme "le malin", "la bête", "le diable", "le rebelle", "l'antique serpent", "le très bas", "le maudit", "le corrupteur".

B- Satan dans les écrits Judéo-Chrétiens

Satan apparait dans un premier temps dans l'Ancien Testament, à cette époque on le nomme « l'adversaire ». Il apparait plus clairement dans le Livre de Job où il tente de corrompre Yawhé. Il apparait ensuite dans l'Evangile de Paul, il est encore une fois l'adversaire de l'humanité. Satan sera ensuite particulièrement présent dans les Evangiles de Matthieu, Marc et Luc. Ces Evangiles relatent du combat incessant entre le bien et le mal, entre Jésus et Satan. Satan est alors décrit comme un être entrainant au mal par la corruption, capable de contrôler les esprits et comme étant le maitre de l'Enfer. On retient de ces épisodes le premier affrontement entre Jésus et Satan, dans l'Evangile de Mathieu, qui restera célèbre par cette expression latine " Vade Retro Satanas" (Arrière Satan)(IV.10). Satan apparaît ensuite sous la forme d'un dragon surpuissant et effrayant dans l'Apocalypse de Jean : « Un autre signe parût encore dans le ciel ; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entrainait le tiers des étoiles du ciel, et les jetaient sur la terre. » Apocalypse 12.3. Ce récit traite du combat mené entre Satan et ses démons, ainsi que l'ange St Michel et d'autres anges. A la fin de ce combat Satan est vaincu et enchainé en enfer pour mille ans : « Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l'abîme, ferma et scella l'entrée au-dessus de lui, afin qu'il ne séduisît plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu'il soit délié pour un peu de temps. [...]Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre » Apocalypse 20.2.

C- Satan a travers les siècles

Satan apparaît ensuite dans l'art au XIème siècle ainsi que dans les contes populaires, le folklore. A cette époque, deux représentations du diable coexistent. La première est une représentation comique du diable, celui-ci est idiot, ridicule de part ses actes et son allure. En effet il se fera souvent duper et battre par plus malin que lui et sera peint en vert, en bleu ou en jaune et possèdera de nombreux visages ridicules sur les genoux, sur les coudes et sur le ventre. Cette représentation est une représentation créée par le peuple pour faire rire, elle est souvent présente sous forme de conte ou de représentation théâtrale. Au contraire de la première, la deuxième représentation du diable à cette époque était une représentation créée par l'Eglise dans le but d'éduquer "un bon chrétien" en lui faisant peur. Cette représentation est souvent sous forme de peinture ou de sculpture. Les artistes de l'Eglise peignent et sculptent des scènes horribles, bien souvent représentants les supplices endurés par les pêcheurs envoyés en enfer. Par exemple, Saint Foy peint "les supplices des damnés" représentant des corps embrochés, ébouillantés, pendus etc...

Fichier:Abbaye-senanque-diable.jpg

Gravure sur l'Abbaye de Senanque représentant le Diable, XIème siècle



Au XIIIème et XIVème siècle, le caractère bestiale de Satan est plus clairement prononcé qu'avant. Il est souvent mi-homme mi-bouc, il a des griffes, des cornes, des ailes etc... 

 Peinture de Satan de Dante Alighieri, XIIIème siècle

Fichier:Devil medium.jpg

Illustration du diable dans le livre Codex Gigas, XIIIème siècle

 

Au XVème et XVIème siècle, le monde chrétien connu une grande hystérie collective. Les chrétiens ne pensent plus seulement que Satan règne sur l'enfer, mais qu'en plus de cela il est aussi dans le monde des hommes, il serai parmi eux et il pourrai prendre le contrôle de leur corps. Les chrétiens ont peur du retour de Satan et donc de l'apocalypse (annoncé par Jean dans l'Apocalypse). C'est le début de la grande peur de la possession et du développement de l'exorcisme.

Cette peur du diable va aboutir aux célèbres et sanglantes chasses aux sorcières. Cette chasse sanglante aurait fait d'après les historiens près de 300 000 victimes, soit torturées et bannies : dans le cas où l'accusé avoue et se repentie; soit, si l'accusé n'avoue pas sa complaisance avec le diable ou si il n'y a pas de repentie : la mise a mort sur le bucher. La folie des chrétiens ne se limitaient pas seulement aux vieilles sorcières retranchées dans la forêt, plusieurs centaines d'enfants d'une dizaine d'années, et de vieillards furent aussi brulés, et bien souvent sans aucune raison.

Fichier:Punishing-witches-Laienspiegel.jpg

Des sorciers se faisant torturer, gravure sur bois de Laienspiegel, 1508

Fichier:Witch-scene4.JPG

"Le supplice de Anne Hendick", gravure, 1571

La terreur collective du diable disparaît au XVIIIème siècle avec le développement des idées laïques par les Lumières. Voltaire et Diderot entrent en guerre contre la superstition et dénoncent le diable comme étant une invention du clergé pour faire peur au peuple. La peur du diable disparaîtra définitivement après la Révolution Française.

Au XIXème siècle, Satan est de nouveau à la mode dans la littérature et dans l'art. En effet, il est très souvent évoqué comme héros romantique. Il est le grand persécuté, il est le beau et le maudit. Il sera évoqué par exemple par Chateaubriand, Lamartine et Hugo en France, par Goethe en Allemagne, par Byron en Angleterre. Il sera peint par de nombreux artistes, notamment par William Blake.

Fichier:William Blake 007.jpg

Satan vidant ses tourments sur Hiob, Blake, 1826

Au XXème et XXIème siècle Satan est présent dans la littérature (chez Gide, Bernanos, Mauriac...), la bande dessinée (avec Satan 666 et l'Évangile selon Satan par exemple), le cinéma (avec "l'Exorciste", "l'Associé du diable"...), la musique (Black Sabbath, Venom...) et même dans les jeux vidéo. Bref, Satan n'est plus craint de nos jours mais il est tout de même encore présent dans notre culture, en particulier dans la sous-culture "métal" que nous développerons dans une autre partie.

Satan 666, manga de Seishi Kishimoto, 2007

L'exorciste, film de Wiliam Friedkin, 1973

 

Diablo-III-Box.jpg image by Lord_David

Diablo 3, jeux vidéo de Blizard, 2009

 

D- Les premiers adorateurs du Diable

Depuis la création du concept du Diable dans le cadre de la religion chrétienne, au Ier siècle de notre ère, les hommes ont souvent voulu acquérir son aide. Les premiers véritables cultes au diable naquirent entre le Vème et le VIème siècle. C'est en 506, lors du concile d'Agde, que l'Eglise pris les premières dispositions contre cette vague sataniste en décidant d'excommunier les adorateurs du diables et de leur infliger un châtiment corporel. Les pratiques occultes restèrent discrètes jusqu'en 1257 où le pape de l'époque Alexandre IV choisit de poursuivre les sorciers hérétiques et de les châtier sévèrement, souvent par supplices publiques entrainants la mort. Mais cette décision de châtier les satanistes intrigua le peuple, qui n'était jusqu'alors pas au courant des coutumes satanistes, qui étaient avant cette décision très discrètes. Le satanisme commença alors à se propager et les sorciers à se multiplier ; ce qui donnera naissance à la chasse aux sorcières évoquée ci-dessus.

Les premiers écrits relatant de réels cultes sataniques ou messes noires datent du Moyen age. Celles-ci sont alors des parodies des messes chrétiennes. Les symboles comme les croix sont renversées, les hosties et l'eau bénite sont salies, et les paroles du prêtre sont en total désaccord avec les propos tenus lors des messes traditionnelles. Ces messes noires sont aussi très souvent accompagnées de rites sexuels ainsi que de sacrifice animal voir humain dans certains cas. Ces messes noires touchèrent dans un premier temps les milieux populaires, ce fût ensuite au tour de l'aristocratie de les pratiquer. L'une des histoires de messe noires la plus connue est celle qui eut lieu sous Louis XVI. En effet, les écrits d'un général évoquent dans un premier temps plusieurs affaires de messes noires pratiquées par la haute aristocratie puis plus particulièrement par la Marquise de Montespan. Cette marquise fût la maitresse de Louis XVI pendant plusieurs années. Lorsque le roi décida de changer de conjointe, celle-ci essaya par tous les moyens de regagner son amour, en vain. Elle se tourna donc vers la magie noire. Son prêtre personnel accepta de pratiquer une messe noire pour elle. Celui-ci en pratiqua trois, lors de ces rituels le prêtre aurait sacrifié plusieurs nourrissons dans des conditions assez sordides. Les affaires de messes noires se firent plus discrètes après cette période. Le satanisme revînt à la mode en Angleterre au XVIème siècle avec la formation de plusieurs groupes ,notamment le groupe du Hell Fire Club (le Club des Flammes de l'Enfer) pratiquants des rites obscènes et blasphématoires. Les messes noires renvînrent ensuite au XIXème siècle avec le prêtre français défroqué Jospeh Boullan, célébrant des rituels satanistes dans lesquels il aurait, là aussi, assassiné de jeunes enfants. Les messes noires arrivèrent aux Etats Unis au XXème siècle et se répandirent partout dans le pays, lors de celles-ci le prêtre lisait des passages de la Bible en remplaçant les mots "bien" et "Dieu" par "mal" et "Satan", le signe de croix était aussi parodié, il était fait de la main gauche ou du pied au sol.

Fichier:Witch-scene2.JPG

"Sabbat des sorcières sur le mont Brocken", Mikael Herr, 1650

11 votes. Moyenne 3.45 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×